Multilingual Folk Tale Database


Kisah Nasib (Fudail Ibn Ayad)

De tuinman en de dood Quand la Mort vint à Bagdad
Pieter Nicolaas van Eyck unknown author
Dutch French
Een Perzisch Edelman:
...

Copyright

This text is protected under copyright and cannot be displayed in full.

If you hold the copyright on this text and wish to make it accessible, please let us know.

Le disciple d’un soufi de Bagdad, assis dans un recoin d’une salle d’auberge, surprit la conversation de deux inconnus. Il comprit à les entendre que l’un d’eux était l’Ange de la Mort.

« J’ai plusieurs visites à faire dans cette ville au cours des trois prochaines semaines « , dit l’Ange à son compagnon.

Terrifié, le disciple se dissimula autant qu’il put et se tint coi jusqu’à leur départ.

Il appliqua alors toutes les ressources de son intelligence à résoudre ce problème : comment échapper à une possible visite de l’Ange de la Mort ? « Le mieux, se dit-il finalement, est de quitter Bagdad et d’aller me mettre à l’abri très loin d’ici. » Il loua le cheval le plus rapide qu’il put trouver et donna de l’éperon jour et nuit sur la longue route qui va de Bagdad à Samarcande.

Entre-temps l’Ange de la Mort avait rencontré le maître soufi. Ils parlèrent de différentes personnes.

« Au fait, dit l’Ange, où est ton disciple untel ?

- Il devrait se trouver quelque part dans Bagdad, dit le maître, sans doute dans un caravansérail : il consacre ses journées à la contemplation.

- Tiens ! c’est curieux, dit l’Ange, parce qu’il est sur ma liste. Regarde, voici son nom : je dois le prendre dans quatre semaines à Samarcande. »



Change: Change: