Multilingual Folk Tale Database


Le Lion et le Moucheron (Jean de La Fontaine)

Lehoa eta elxoa Le Lion et le Moucheron
Jean Baptiste Arxu Jean de La Fontaine
Basque French

Hurrun hebentik, hurrun elxo txarra,
Lur gorotza, zioan lehoak elxoari.
Elxoak emaiten derio gherla.
Uste duka hire erreghe izenari
Beldur dudala ukenen?
Elxoak deio erraiten;
Idia hi beno, azkharago duk,
Eta nik nahi bezala joaitenduk.
Hitz hoiek tielarik erraiten
Gherla du berehala hasten.
Lehenik egoiten da hurrunti,
Ghero bere exaia hartzen lephoti.
Lehoa kasik da erhotzen;
Ahotik gahuna du galzen.
Beghiak ari zaizko tximistaz
Eta bera dago orroaz.
Bazterrak oro dira loxatzen;
Ihizi guziak aldiz gordatzen.
Loxeria hori da
Elxobaten lana.
Ullu txar horek eztio phauzurik emaiten,
Behin bizkarra,
Ghero sudurra
Dero ausikitzen,
Eta ghero sudur zilotik zeiko sartzen.
Lehoa da errabiatzen.
Elxoak aldiz karkaillotxez,
Exaiaren khexian ikhustez,
Erri du eghiten,
Berari zeren
Aztaparrez eta hortzez lehoak diren
Min eghiten.
Leho gaizoak bera du kolpatzen,
Buztanaz saihexak ditu joiten.
Airian herox eghitez
Eta sobera khexatzez,
Akitzen da eta flakatzen,
Eta lurrerat erailtzen.
Elxoa badoa botzturik
Bitoria, erraiten duelarik.
Guzier dio tutez: bitoria!
Bidian du edireiten
Ainharbabaten
Zephoa, eta han uzten bizia.
Zer deiku elhe honek ikhasten?
Bi gauza: lehena, gure exaien
Gaixtoenak
Ussu direla txipienak.
Bigherrena: Eghiteko handietarik
Jalkirik,
Txipienetan,
Hanitz alditan,
Egoiten ghirela ithorik.

"Va-t'en, chétif insecte, excrément de la terre! "
C'est en ces mots que le Lion
Parlait un jour au Moucheron.
L'autre lui déclara la guerre.
"Penses-tu, lui dit-il, que ton titre de Roi
Me fasse peur ni me soucie ?
Un boeuf est plus puissant que toi :
Je le mène à ma fantaisie. "
A peine il achevait ces mots
Que lui-même il sonna la charge,
Fut le Trompette et le Héros.
Dans l'abord il se met au large ;
Puis prend son temps, fond sur le cou
Du Lion, qu'il rend presque fou.
Le quadrupède écume, et son oeil étincelle ;
Il rugit ; on se cache, on tremble à l'environ ;
Et cette alarme universelle
Est l'ouvrage d'un Moucheron.
Un avorton de Mouche en cent lieux le harcelle :
Tantôt pique l'échine, et tantôt le museau,
Tantôt entre au fond du naseau.
La rage alors se trouve à son faîte montée.
L'invisible ennemi triomphe, et rit de voir
Qu'il n'est griffe ni dent en la bête irritée
Qui de la mettre en sang ne fasse son devoir.
Le malheureux Lion se déchire lui-même,
Fait résonner sa queue à l'entour de ses flancs,
Bat l'air, qui n'en peut mais ; et sa fureur extrême
Le fatigue, l'abat : le voilà sur les dents.
L'insecte du combat se retire avec gloire :
Comme il sonna la charge, il sonne la victoire,
Va partout l'annoncer, et rencontre en chemin
L'embuscade d'une araignée ;
Il y rencontre aussi sa fin.
Quelle chose par là nous peut être enseignée ?
J'en vois deux, dont l'une est qu'entre nos ennemis
Les plus à craindre sont souvent les plus petits ;
L'autre, qu'aux grands périls tel a pu se soustraire,
Qui périt pour la moindre affaire.



Change: Change: