Multilingual Folk Tale Database


Les Femmes et le Secret (Jean de La Fontaine)

Emaztiak eta koxelua Les Femmes et le Secret
Jean Baptiste Arxu Jean de La Fontaine
Basque French

Koxeluaren beghiratzia beno
Deusik ezta gaitzago.
Emaztek eztiote hurrun erraman;
Eta gauza hortan
Emazte dira ghizon hanitz.
Bere emaztiaren esprabi nahiz
Ghizon bat, gauaz haren saihexetik,
Oïhuz da hasten,
Zer da hau? Jinko jauna, erraiten duelarik;
Eztiot ghehiago, naute urratzen…
Zer!… arraultze bat dut erruten!
—Arraultze bat? —hau duzula freskik
Eta errun berririk.
Nihori ere eztuzu erranen
Bestelaz oilloa nute deithuren.
Gauza hortan emaztia
Orano zen berria,
Beste hanitz gauzetan bezala.
Gauza aisa sinhexi zuela
Jakinzazu, irakurzalia.
Bere Jinkoez hitz eman zuen
Hortaz deusik etzuela erranen.
Bena gauazko odeiren gainen
Haren zinak joan ziren.
Arghi hastian ohetik jaikirik
Emazte hau aski tontorik,
Lasterrez doa
Bere aizoaren etxera
Erraitera:
Ene maitia,
Eztakizu berria?
Eztuzu, othoi, deusik erranen
Bestelaz naizu joeraziren,
Ene senharrak egun
Arraultzebat dizu errun.
Othoi, eztezazula hitzik erran
Barnen ez kanpoan.
—Trufatzen zira? dio bestiak,
Eztakizu onxa nor nizan.
Zoaza, eztezazula loxaik ukan.
Errulearen emaztia
Bere etxerat da jiten
Eta aldiz bestia
Berriaren erran nahiz erratzen.
Iaurtzen du hamar lekutan;
Arraultze baten tokian
Hirur ditu ezarten.
Gauza hor ezta egoiten;
Beste emazte batek behariala,
Ahapetik lau errun tiela
Du erraiten.
Eta nola ere ahoz aho
Berria jin beitzen handiago,
Arraxa beno lehen
Errana izan zen
Ghizon hark ziela errun
Arraultze berehun.

Rien ne pèse tant qu'un secret
Le porter loin est difficile aux Dames :
Et je sais même sur ce fait
Bon nombre d'hommes qui sont femmes.
Pour éprouver la sienne un mari s'écria
La nuit étant près d'elle : O dieux ! qu'est-ce cela ?
Je n'en puis plus ; on me déchire ;
Quoi j'accouche d'un oeuf ! - D'un oeuf ? - Oui, le voilà
Frais et nouveau pondu. Gardez bien de le dire :
On m'appellerait poule. Enfin n'en parlez pas.
La femme neuve sur ce cas,
Ainsi que sur mainte autre affaire,
Crut la chose, et promit ses grands dieux de se taire.
Mais ce serment s'évanouit
Avec les ombres de la nuit.
L'épouse indiscrète et peu fine,
Sort du lit quand le jour fut à peine levé :
Et de courir chez sa voisine.
Ma commère, dit-elle, un cas est arrivé :
N'en dites rien surtout, car vous me feriez battre.
Mon mari vient de pondre un oeuf gros comme quatre.
Au nom de Dieu gardez-vous bien
D'aller publier ce mystère.
- Vous moquez-vous ? dit l'autre : Ah ! vous ne savez guère
Quelle je suis. Allez, ne craignez rien.
La femme du pondeur s'en retourne chez elle.
L'autre grille déjà de conter la nouvelle :
Elle va la répandre en plus de dix endroits.
Au lieu d'un oeuf elle en dit trois.
Ce n'est pas encore tout, car une autre commère
En dit quatre, et raconte à l'oreille le fait,
Précaution peu nécessaire,
Car ce n'était plus un secret.
Comme le nombre d'oeufs, grâce à la renommée,
De bouche en bouche allait croissant,
Avant la fin de la journée
Ils se montaient à plus d'un cent.