Multilingual Folk Tale Database


Les deux Amis (Jean de La Fontaine)

Bi adixkidiak Les deux Amis
Jean Baptiste Arxu Jean de La Fontaine
Basque French

Bi adixkide Monomotapan
Bizi ziren;
Bataren gauza orotan
Bestia ere nausi zen.
Herri hartako adixkidiak
Balio, umen tu, gurekoak.
Gau batez bakoitxa lo zelarik,
Ilhum piaz probetxatzia gatik,
Adixkide bata ohetik jauzirik,
Lasterrez lagunaren etxera
Badoa, muthilen jaikiraztera.
Loak etxe hartako atheak
Berekatu zituen.
Oheko adixkidia espantaturik,
Bere bolsa harturik,
Bertan da armatzen
Eta laguna ganat jinik
Derio erraiten:
Etzira hanbat ibilten
Lo dutenian gendek eghiten;
Eta uste dizit ghizon zirela,
Hobeki igaraiteko loko denbora.
Jokian galdu zinukia
Zure diru guzia?
Ori ene bolsa.
Aharra zenbait izan baduzu,
Onxa;
Hotx, ezpatarekin nuzu.
Ezta, derio adixkidiak
Gauza hoietarik bata ez bestia;
Hortako ori ene eskerrak.
Bena lo ninzalarik
Iduritu zitzaizt pixka bat tristia.
Eghia zela uste ukenik
Lasterrez honat jin nuzu;
Madarikatu amex batek
Ekarri nizu.
Adixkide hetarik zoinek
Hobeki zuen maithatzen?
Irakurzalia, zer zaik iduritzen?
Gauzak balio dik jakitia.
Eghiazko adixkidia
Ala gauza eztia!
Zure beharren ikhertzera
Badoa zure bihotz erdira;
Etzitu zu uzten
Beharraren erraitera.
Amexak, ez deusak dizu loxerazten,
Adixkidia han denian zerbaiten.

Deux vrais amis vivaient au Monomotapa :
L'un ne possédait rien qui n'appartînt à l'autre :
Les amis de ce pays-là
Valent bien dit-on ceux du nôtre.
Une nuit que chacun s'occupait au sommeil,
Et mettait à profit l'absence du Soleil,
Un de nos deux Amis sort du lit en alarme :
Il court chez son intime, éveille les valets :
Morphée avait touché le seuil de ce palais.
L'Ami couché s'étonne, il prend sa bourse, il s'arme ;
Vient trouver l'autre, et dit : Il vous arrive peu
De courir quand on dort ; vous me paraissiez homme
A mieux user du temps destiné pour le somme :
N'auriez-vous point perdu tout votre argent au jeu ?
En voici. S'il vous est venu quelque querelle,
J'ai mon épée, allons. Vous ennuyez-vous point
De coucher toujours seul ? Une esclave assez belle
Etait à mes côtés : voulez-vous qu'on l'appelle ?
- Non, dit l'ami, ce n'est ni l'un ni l'autre point :
Je vous rends grâce de ce zèle.
Vous m'êtes en dormant un peu triste apparu ;
J'ai craint qu'il ne fût vrai, je suis vite accouru.
Ce maudit songe en est la cause.
Qui d'eux aimait le mieux, que t'en semble, Lecteur ?
Cette difficulté vaut bien qu'on la propose.
Qu'un ami véritable est une douce chose.
Il cherche vos besoins au fond de votre coeur ;
Il vous épargne la pudeur
De les lui découvrir vous-même.
Un songe, un rien, tout lui fait peur
Quand il s'agit de ce qu'il aime.