Multilingual Folk Tale Database


Information

Author: Marie de France - 12CAD

Retold version in Old French
  by Marie de France - 1200

Source: Ysopet (nr. 03)

Country of origin: France

Story type: Rat and Frog Tie Paws Together (ATU 278)

Based on The Frog and the Rat (Αἴσωπος)

Translations

There are no translations available for this story

Add a translation

De la Soris e de la Renoille

Marie de France

Selunc la lettre des escriz
Vus mustrerai d'une Suriz
Ki par purchaz è par engin ,
Aveit manaige en un mulin.
Par essemple cunter vus vueil ,
C'un jur s'asist desor le sueil,
Ses grenonez apareilla
E de ses piez s'espelucha.
Devant li passa une Raine
Si cum avanture la maine ,
Demanda li en sa raisun
S'ele ert Dame de la maisun,
Dunt ele se feiseit si mestre,
Si li acuntast de sun estre.
La Suris li respunt : Amie,
Pieça k'en ai la seingnorie ;
Bien est en ma subjectiun,
Qant ès pertuiz tut envirun ,
Puis herbregier è jur è nuit
Joer è fère mun déduit.
Or remanez à nuit od mei
Ge vus menrai par dreite fei,
Desous la muele mult à aise
Ni aurez rien ki vus desplaise.
Assez aurez ferine et grain
De ce ki remaint au Vilain ;
La Raine i va par sa proière
Andeus s'asient sor la pierre,
Mult i truvèrent à mengier
Sanz cuntredit è sanz dangier.
La Suriz par amur demande
A la Raine de sa viande ,
Que li semble, vertei l'en die;
N'en mentiroi, fet-ele, mie,
Mult par est bien apareillié
S'en aive eust esté moillié.
Enmi ce préi en un wassel
Seriens or andels mun vueil ;
Là ai-jeo la moie mansiun
U tuz bien sunt à grant foisun.
Tant i arez joie è déduit
Jamès n'ariez talent ce cuit ,
De repérier à tun molin.
Tant li prumet par sun engin
Ke la blandist par sa parole,
K'ele la crut, si fist que foie ?
Ensamle od li s'en ert alée ,
Li preiz fu si plains de rousée
Ke tute est la Suriz moillée,
Dune quida bien estre noiée;
Arrière voleit returner
Kar ne pooit avant aler.
Mais la Raine lad rapelée,
Ki à force l'en ad menée.
Tant par amur, cum par proière,
Ke il vinrent à la rivière.
Dune ne pot la Suriz avant,
A la Raine dist en plurant,
Ci ne puis-jeo noient passer
Quar jeo ne soi unques noer.
Prens, fet la Reine, cel filet,
S'el lie fort à ton gairet
E ge l'atacherai au mien,
Dune la rivière passeruns bien.
La Suriz s'est dou fil loiée,
A la Raine s'est atachiée ;
El gué se metent, si s'en vunt;
Qant eles vindrent el parfunt
Si la vout la Raine noier,
Od li s'encumence à plungier.
La Suriz pipe en halt è crie
Ke bien cuideit estre traïe ;
Un Escoufles aleit volant
Vit la Soriz si haut pipant,
Ses èles clost, à-vaul descent ,
Li et la Raine ensanble prent,
Andeus furent au fil pendanz.
La Raine fu corsue et granz ;
Li Eschofles par cuveitise
La Soriz lait, la Raine ad prise,
Mengiée l'ad è dévourée,
È la Surir est délivrée.

MORALITÉ.

Si est des vézieus Féluns ,
Jà n'auront si buns cunpegnuns
Tant lor facent bien ne henor ,
Se riens lor deit custer dou lor ;
Ke durement ne soient liez
Se il par ax sunt engingniez,
Mais il ravient assez suvent
Ke de méisme le turment
K'as autres cuident purchacïer,
Funt à lor oës appareillier.